JB Vatelot
Site de l'académie de Nancy-Metz

Accueil > Parutions de l’ancien site > ECOLE > Debout !

C’était la farce du premier avril 2015 !... Nous gardons les chaises !

Debout !

mercredi 1er avril 2015 par Philippe Lemaire

L’école Jean-Baptiste VATELOT relève un défi inédit en France. Toujours plus près des besoins des élèves, de leur santé, de leur bien-être et de l’efficacité de leurs apprentissages, l’équipe pédagogique a pris la décision de renoncer à la position assise pour retrouver la position debout, si naturelle.

Ce courant de pensée est peu connu, il est pourtant de plus en plus présent dans notre société. Entrez dans un magasin de meubles, allez vous restaurer dans une brasserie « branchée », poussez la porte d’un cyber-café, on invitera à prendre place à une table… tout en restant debout.

Un effet de mode ? Pas si sûr… les médecins ergonomistes sont formels. La position assise, chez l’adulte, est la cause de nombreux arrêts de travail. La médecine du travail lutte depuis de nombreuses années pour valoriser de nouvelles positions de travail, privilégier les pauses, soutenir les lombaires… c’est sans effets… Le mal de dos reste la « maladie du siècle ».

Une innovation éclairée par les ergonomistes et les neuro-biologistes

Des chercheurs canadiens sont allés plus loin et avancent une idée révolutionnaire : c’est pendant l’enfance qu’il faudrait agir ! La position assise ne permet pas une musculation équilibrée et suffisante du dos, la colonne vertébrale n’est pas soutenue… L’enfant n’en souffre pas mais adulte, ce serait trop tard !

Les neuro-biologistes arrivent aux mêmes conclusions… mais pour d’autres raisons. Depuis une vingtaine d’années, ils se sont mis au service des pédagogues et mettent les découvertes sur le fonctionnement du cerveau au service de l’apprentissage. Ils l’ont observé et prouvé, la position debout met l’individu en éveil, dans l’attente, le rend capable de raisonnements complexes. On a même observé que le nombre de connections de neurones se multipliait par cinq quand la personne est en position debout.

Ces recherches confortent ce que tout parent ou enseignant a pu observer : l’enfant qui montre de l’intérêt, qui se réjouit d’une découverte, qui jubile n’est pas tranquillement et paisiblement assis sur sa chaise comme on aimerait le voir, il est debout, il piétine, il se déplace autour de sa table !

A Jean-Baptiste VATELOT, ce sera une véritable innovation et un changement complet dans l’image que nous avons de la classe. Les chaises seront supprimées et les pupitres surélevés. L’élève sera debout devant sa table et pourra écrire, manipuler, lire sans se baisser, il pourra s’appuyer pour écouter. La position debout sera aussi privilégiée à la cantine.

Ce type de table est aujourd’hui disponible dans toutes les tailles et dans des coloris très variés.

Nous en sommes sûrs, la prochaine génération apprendra mieux et n’aura pas mal au dos à l’âge adulte.

Des aménagements qui en entrainent d’autres…

  • Le positionnement idéal de l’enfant devant son pupitre répond à des normes bien précises : le coude de l’élève doit être à la même hauteur que le plateau de la table. Pour assurer cette bonne position, il sera demandé aux élèves les plus petits de se procurer des chaussures adaptées. Il est aujourd’hui très facile de trouver des chaussures à semelles compensées. Il y en a pour toutes les bourses, pour tous les goûts et dans tous les styles.

  • Cette innovation fait la joie du personnel chargé du ménage : plus de chaises à déplacer, plus de pattes à contourner. Il faut savoir que chacune d’entre elles manipule plus de cent cinquante chaises par jour. Un soulagement évident pour une école encore plus propre !
  • Si chaises et tables prennent beaucoup de place dans une classe ou une salle à manger, l’espace nécessaire par élève debout se réduit considérablement. Cette innovation permettra d’accueillir un peu plus d’élèves dans chaque classe… et comme cette nouvelle installation permettra d’apprendre avec plus d’efficacité, ce ne sera pas un surcharge de travail pour l’enseignant.
  • Les chaises désormais inutiles et encombrantes seront vendues à partir du lundi 29 juin 2015. Comptez 35 € pour un lot de quatre petits sièges de l’école maternelle et 50 € pour quatre chaises de l’école élémentaire (taille moyenne ou taille adulte). Vous pouvez les réserver dès maintenant auprès du secrétariat du collège

Prochaine étape
« Tiens-toi tranquille ! »… L’énergie débordante de nos chères petites têtes blondes nous surprend souvent… une énergie renouvelée chaque matin, qui dure toute la journée, qui se prolonge jusqu’au coucher… Souvent considérée comme un frein à l’apprentissage, elle est pourtant proportionnelle à la motivation que l’enfant met dans ses découvertes.

Une énergie durable… qu’il est impossible de dompter et qu’il serait dommage de perdre. Les écoles canadiennes, les premières à supprimer la position assise, utilisent aujourd’hui des vélos d’appartements durant une partie de la journée. Le piétinement se transforme en tours de pédales… et les tours de pédale en électricité. Reliés à une turbine, les vélos d’appartement fournissent l’énergie nécessaire à l’éclairage des classes.

Un nouveau challenge pour une prochaine avancée.

L’évolution de l’Homme a fait de nos enfants des êtres actifs et debout. C’est sans doute ce que l’ère moderne a oublié. Si une autre position leur était plus favorable, nos élèves seraient sans doute dotés d’une arête comme les poissons, et non d’une colonne vertébrale.


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
JB Vatelot (académie de Nancy-Metz )
Directeur de publication : David Ridel