JB Vatelot
Site de l'académie de Nancy-Metz

Accueil > Parutions de l’ancien site > COLLEGE > Archives > UBU ROI

De par ma chandelle verte !

UBU ROI

Une sortie au théâtre du Moulin

lundi 26 avril 2004

Le texte théâtral "Ubu roi" d’Alfred jarry, crée en 1896, lu en classe passera-t-il l’épreuve des planches ? Les élèves de Troisième A vous font part de leurs avis. Et bougre ! Ils n’y vont pas de main morte !

Mardi 30 mars au soir, au théâtre du Moulin de Toul, la classe de troisième A était invitée à venir applaudir la pièce d’ Ubu Roi, qu’elle avait eu l’occasion d’étudier auparavant en classe. Mélange détonant d’archaïsme et de modernisme, les élèves furent agréablement surpris par la représentation. En effet, malgré les similitudes avec le texte original, la pièce était vraiment bien adaptée au monde actuel.
Elle était vraiment très drôle, cette pièce, avec des effets saisissants et décapants, une mise en scène très bien imaginée, un jeu de lumières éblouissant. Le décor principal ? Un chantier ! Et pourquoi cela ? Comme l’a expliqué le metteur en scène après la pièce, ils ont imaginé ce décor car, se rendant compte du bazar que la répétition allait occasionner, les acteurs se seraient exclamés : « Quel chantier ! »

JPEG - 25.9 ko
L’univers "en chantier" d’Ubu

Aussitôt dit, aussitôt mis en place ! Ubu Roi sur scène, c’est la parodie de la parodie. En effet, en passant par le roi Venceslas statufié ; par le père Ubu, devenu roi-tyran, déguisé en chirurgien ; par le fils du roi, Bougrelas, se noyant dans sa propre bave ou encore par la mère Ubu, déguisée en clown à perruque rose fluo, tous les personnages ont eu leur compte. On en arrive même à se demander comment les acteurs arrivent à rester calmes... En effet, taper sur une poubelle en poussant de hauts cris tout en essayant de s’imaginer que c’est un ours gros et féroce que l’on assassine (et en gardant son imparable sérieux), cela relèverait presque de l’exploit digne de l’Actors Studio !
Bref, Ubu Roi est vraiment une pièce qui vaut le détour, malgré quelques longueurs par moments. Et la course-poursuite de la fin avec des policiers tirés de l’univers du Guignol et la soudaine apparition de pom-pom girls (!), avec comme musique de fond celle de Benny Hill, vaut vraiment le coup d’oeil ! Bref, qui Ubu, boira...

Par Nathalie et Orlane

JPEG - 3.2 ko
Une facette d’Ubu, selon Jarry lui-même

Le début de la pièce est assez original, on a l’impression que le décor n’est pas tout à fait installé et que des travaux sont effectués en conséquence. Ensuite, à l’apparition des personnages principaux et au vue de leurs actions, la première pensée qui vient à l’esprit est qu’ils finissent de se déguiser sur scène. Ce qui est surtout extraordinaire dans cette pièce, c’est l’unique décor et les multiples façons de l’intégrer à l’intrigue. Cela est surtout dû au talent des acteurs, dont certains jouent plusieurs rôles à la fois. La scène finale est différente de celle de l’œuvre d’« Ubu Roi », elle reprend le dernier acte d’« Ubu sur la butte », une autre pièce de Jarry. Cette fin rend la pièce encore plus comique, en raison du jeu des acteurs, de leurs costumes délirants et de la musique choisie. Une excellente pièce, de tous points de vue.

Par Delphine

A suivre...


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
JB Vatelot (académie de Nancy-Metz )
Directeur de publication : David Ridel