JB Vatelot
Site de l'académie de Nancy-Metz

Accueil > Parutions de l’ancien site > COLLEGE > Archives > La fondation de Rome

Un exposé en classe de latin

La fondation de Rome

Par Maximus Pierron et Clémentus Charton

jeudi 27 mai 2004

"Rome ne s’est pas construite en un jour". La preuve que non...

INTRODUCTION

Amulius, roi d’Albe, a dépossédé son frère Numitor et afin de le priver de descendant, il consacre sa fille unique, Rhea Sylvia, au service de la déesse Vesta, ce qui l’oblige à conserver sa virginité. Toutefois, Mars, le Dieu de la guerre, prend de force la jeune fille. C’est ainsi que vont naître deux jumeaux : Romulus et Remus.
Fou de rage, Amulius ordonne que soient noyés ces deux nourrissons, leur berceau jeté dans le fleuve Tibre...

LA LEGENDE

JPEG - 2.8 ko
La louve bienfaitrice

Au lieu de les engloutir, le fleuve en crue dépose les enfants sur une plaine avant de se retirer. Attirée par les cris des enfants, une louve descend de la montagne. Cette dernière, au lieu de les dévorer, va les nourrir et les protéger jusqu’à ce qu’un berger de Numitor, Faustulus, intrigué par le manège de la louve, les découvre et les recueille.
C’est ainsi que les deux enfants vont grandir , voisins de leur grand-père qui ignore tout de leur existence !

Un jour, auteurs d’un larcin, ils sont convoqués par Numitor à qui ils racontent leur histoire. Découvrant alors le complot de son frère, il l’assassine.
Décidés à commémorer le lieu où, enfants, ils furent sauvés, Romulus et Remus décident d’y fonder une ville. Pour connaître les bons présages, ils partent observer les oiseaux, montant chacun sur une des sept collines qui entourent le Tibre à cet endroit. Parvenu sur l’Aventin, Remus est salué par six vautours. Son frère, ayant gravi le mont Palatin, observe douze de ces oiseaux et s’estime désigné par les dieux pour fonder la ville. Il prend alors une charrue pour en tracer les limites et marque d’un sillon le territoire sacré (Roma quadrata). Remus, jaloux, se moque alors de son frère qui, excédé, se bat avec lui et le tue. Romulus regrettera amèrement toute sa vie ce geste fratricide.

JPEG - 5.1 ko
une rivalité légendaire

ROMULUS FONDE ROME...

Après cette lutte, Romulus déclara : " ainsi périra quiconque franchira les limites de cette ville" Il lui donnera son nom. Pour la peupler, il établit un refuge sur le Capitole pour les esclaves évadés et les hors-la-loi et leur trouva des femmes en enlevant les Sabines au cours d’un festival auquel il avait invité les Sabins, peuple voisin. Après plusieurs guerres entre Romains et Sabins, il y eut finalement réconciliation, avec Romulus comme roi. Il entreprit alors l’organisation de la ville en créant un Conseil de sénateurs, les « patres » (futurs patriciens) et une assemblée du peuple. Il régna de -753 à -715 av. J.-C.

- De Romulus à Tarquin le superbe.

Les sept rois de la période royale et les dates attribuées traditionnellement à leur règne sont les suivantes : Romulus (753-715 av. J.-C.), Numa Pompilius (715-676 ou 672 av. J.-C.), à qui l’on attribue l’introduction de nombreuses coutumes religieuses, Tullus Hostilius (673-641 av. J.-C.), un roi belliqueux qui détruisit Albe la Longue et combattit les Sabins, Ancus Marcius (v. 641-616 av. J.-C.), qui passe pour avoir construit le port d’Ostie et avoir capturé un grand nombre de villes latines, déportant leurs habitants à Rome, Tarquin l’Ancien (616-578 av. J.-C.), célèbre tant pour ses exploits militaires contre les peuples voisins que pour l’édification de bâtiments publics à Rome, Servius Tullius (578-534 av. J.-C.), célèbre pour sa nouvelle constitution et pour l’élargissement des limites de la Cité et Tarquin le Superbe (534-510 av. J.-C.), le septième et dernier roi, dont le règne tyrannique fut renversé lorsque son fils enleva Lucrèce, la femme d’un parent. Tarquin fut banni, et les tentatives menées par des cités étrusques ou latines pour le réinstaller sur le trône de Rome se soldèrent par un échec.

- Organisation de la Rome royale

Bien que les noms, dates et événements de la période royale soient généralement considérés comme du domaine de la fiction, il existe des traces certaines de l’existence d’un premier pouvoir exercé par des rois, de la croissance de Rome et de ses luttes contre les peuples voisins, de la conquête étrusque et de l’établissement d’une dynastie de princes étrusques (symbolisée par le règne des Tarquins) la chute de ce contrôle extérieur et l’abolition de la royauté. La population était divisée en deux classes jouissant de droits politiques différents : les patriciens, qui seuls détenaient des droits politiques et formaient le populus, ou peuple, et leurs inférieurs, appelés clients ou plèbe, qui au départ étaient dépourvus de tout droit politique. Le rex, ou roi, était choisi par le Sénat (senatus), ou le Conseil des Anciens (patres), dans les rangs des patriciens, et occupait sa charge à vie. Il était responsable de la mobilisation de la population en temps de guerre et du commandement de l’armée en campagne. Dans les processions, il était précédé par des magistrats, appelés licteurs, qui portaient les faisceaux, les symboles du pouvoir et du châtiment. Il était également le juge suprême de toutes les affaires civiles et criminelles. Le Sénat prodiguait ses conseils uniquement lorsque le roi choisissait de le consulter ! ; ses membres jouissaient d’une grande autorité morale et ils occupaient leur charge à vie. À l’origine, seuls les patriciens pouvaient prendre les armes pour défendre la patrie. Une réforme militaire importante, appelée communément la réforme de Servius, est censée avoir eu lieu sous Servius Tullius au VIe siècle av. J.-C. À ce moment, la plèbe fut autorisée à devenir propriétaire et, selon la réforme, tous les propriétaires, tant patriciens que plébéiens, étaient tenus de servir dans l’armée et étaient promus en fonction de leur richesse. Cette disposition ouvrit la voie au grand affrontement politique entre les patriciens et la plèbe dans les premiers siècles de la République romaine.

JPEG - 26.4 ko
Les sept collines mythiques

CONCLUSION

Après les Rois, la République de Rome advint, elle prit fin en 27 av J.C. avec l’avènement de l’Empire Romain. Aujourd’hui capitale de l’Italie, Rome est restée une grande cité qui continue à rayonner dans le monde entier.


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
JB Vatelot (académie de Nancy-Metz )
Directeur de publication : David Ridel